Réponse questionnaire patient : Douleur permanente et intensité et moins 6 mois et bruit à l’ouverture – ATM Guide Douleurs et/ou blocages de la mâchoire

ATM Guide Douleurs et/ou blocages de la mâchoire

Articulation Temporo-Mandibulaire

Réponse questionnaire patient : Douleur permanente et intensité et moins 6 mois et bruit à l’ouverture

Ma douleur est permanente : un fond douloureux

La douleur « permanente » : c’est une douleur continue, toujours présente plus ou moins intense. Elle est souvent associée à d’autres douleurs à la mâchoire ou dans le corps.
Cette douleur indique un dérèglement des mécanismes physiologiques de la douleur.
Dans ce cas, les autres formes douloureuses (provoquées et spontanées) qui apparaissent simultanément peuvent également être perturbées et ne répondent pas aux traitements locaux classiques.
Le diagnostic de « Trouble Douloureux Chronique » doit être évoqué.
Cette forme douloureuse peut être le signe d’une Dépression.

Intensité inférieure à 5/10

La douleur est de moyenne intensité

Intensité supérieure à 5/10

La douleur est de forte intensité

Durée de la douleur : moins de 3 mois

Ne laissez pas la douleur s’installer. Plus la douleur dure et plus elle sera difficile à traiter.

Durée de la douleur : de 3 à 6 mois

Ne laissez pas la douleur s’installer. Plus la douleur dure et plus elle sera difficile à traiter.
Consultez votre dentiste traitant.

Les bruits dans l'articulation

C’est un bruit (un claquement sec) en cours d’ouverture et /ou de fermeture de la bouche. Lorsque je mange par exemple.

Le cartilage de l’articulation est légèrement déformé, sans gravité.
Un claquement articulaire seul ne nécessite pas de traitement en général.
Ménagez votre articulation en suivant les conseils « premiers gestes »
Si le bruit occasionne une gêne trop importante, votre praticien peut vous conseiller une orthèse.

Santé générale​

Les effets du stress ou des états de tensions émotionnels se manifestent aussi par des symptômes physiques comme des altérations du sommeil, des troubles digestifs et de l’appétit, ou encore des palpitations, vertiges, crampes et douleurs musculaires, des maux de tête…
Dans ce cas, gestion de votre Trouble Temporo-Mandibulaire dépend aussi de la gestion de votre stress et de troubles fonctionnels généraux.
Si vous êtes en cours de gestion de votre stress ; le pronostic de votre trouble est favorable.

La gestion du stress​

La gestion du stress est un programme que vous pouvez mettre en œuvre par vous même. Il consiste tout d’abord par une prise de conscience de votre état, puis adopter des mesures « modératrices » de stress.
Certains ouvrages peuvent vous aider pour cela. Enfin, en cas de stress important ou prolongé, le recours à un psychothérapeute « comportementaliste » peut être bénéfique pour vous aider à trouver une solution adaptée à vos problèmes.

Inconfort dentaire​

L’excès de serrement de la mâchoire peut provoquer des modifications de positions dentaires provoquant un inconfort. Cet inconfort disparaîtra après la gestion de votre trouble. Evitez un traitement irréversible qui ne fera qu’empirer votre cas.
Lorsqu’un traitement ou un ajustement dentaire peut être nécessaire ; il ne se pratique qu’après la disparition de votre trouble par des moyens réversibles.

Le stress

Pour mieux gérer le stress

LES SIGNES DU STRESS

Savoir reconnaître le stress :

Les effets du stress ou des états de tensions émotionnels se manifestent aussi par des symptômes physiques comme :

  • des altérations du sommeil,
  • des troubles digestifs et de l’appétit,
  • ou encore des palpitations, vertiges, crampes et douleurs musculaires, des maux de tête…

Dans ce cas, gestion de votre Trouble Temporo-Mandibulaire dépend aussi de la gestion de votre stress et de troubles fonctionnels généraux.
Si vous êtes en cours de gestion de votre stress ; le pronostic de votre trouble est favorable.

LES FACTEURS DE STRESS

Comment gérer son stress ?

La gestion du stress est un programme que vous pouvez mettre en œuvre par vous même.
Il consiste tout d’abord :

  1. par une prise de conscience de votre état,
  2. puis adopter des mesures « modératrices » de stress. Certains ouvrages peuvent vous aider pour cela.
  3. Enfin, en cas de stress important ou prolongé, le recours à un psychothérapeute « comportementaliste » peut être bénéfique pour vous aider à trouver une solution adaptée à vos problèmes.

Ce que vous pouvez faire

Les premiers gestes à faire et les prescriptions

LES PREMIERS GESTES

Les premiers gestes à effectuer en présence d’un inconfort ou d’une douleur sont de préserver votre mâchoire :

  • Manger des aliments mous,
  • Eviter les mouvements extrêmes (bâillement), brusques ou forcés.
  • Eviter de serrer la mâchoire en plaçant la langue entre les dents.

En cas de douleur

  • Masser la région avec un gel antalgique.
  • Pratiquer souvent et régulièrement des étirements légers de la mâchoire, par des mouvements d’ouverture puis en déplaçant la mâchoire sur les côtés , à droite et à gauche.
  • Prendre un antalgique en vente libre,  comme de l’ibuprofène ou de l’aspirine. Ne laissez pas la douleur s’installer.

Et aussi
LES PRESCRIPTIONS POSSIBLES

Votre dentiste pourra avant tout confirmer le diagnostic d’un « Trouble Douloureux Chronique » et vous adresser au centre de traitement de la douleur proche de chez vous.

ATTENTION :
Il se peut que tous les traitements classiques soient inefficaces. Cela confirme le diagnostic et la nécessité de vous adresser au centre de traitement de la douleur. 

 Votre praticien peut prescrire, si nécessaire :

- Des médicaments :

Des antalgiques sur ordonnance pour soulager la douleur, des anti inflammatoires en cas d’inflammation articulaire et s’il y a lieu des myorelaxants pour décontracter les muscles. Des anxiolytiques peuvent également être prescrits car ils ont une action sédative et myorelaxante.

- Des radiographies :

Différents types de radiographies peuvent être prescrites. Elles ont pour but de confirmer le diagnostic.

- De la kinésithérapie :

Avec exercices plus adaptés à effectuer à la maison ou une prescription pour un suivi par un kinésithérapeute.

- Un ostéopathe :

Pour la gestion des douleurs musculo-squelettiques.